La Mazzera



La Mazzera

Surgis du fond des âges, les Mazzeri, prêtres-sorciers de l'île "CORSE" s'identifiaient, comme les Druides, à la mère- nature. Les menhirs de Filitosa et les dolmens de Vasculacciu étaient leurs sanctuaires. Nées du creuset de granit de l'Alta Rocca, leur légende et leurs traditions ont traversé le temps, survécu aux invasions et au progrès.
Connus comme chasseurs d'âmes nocturnes, ils possédaient d'autres pouvoirs. Leurs secrets, préservés par une tradition orale et une Initiation dont on ne sait que fort peu de choses, les identifient aux Druides celtes et aux Chamans d'Asie Centrale.
L'initiation mazzérique, racontée au travers du regard de Laetizia, nous plonge dans un monde où le rêve se mêle à la réalité. Un univers où le surnaturel devient possible, où l'homme, comme l'arbre, vit et se régénère par ses racines.
C'est aussi, en ce Moyen-Âge où règne l'obscurantisme, l'ombre de l'omniprésente Inquisition.

Revue de presse

Publié dans " Nice Matin " le 29 juillet 2002
La Mazzera
Le parcours initiatique d'une jeune fille sous la plume d'André-jean BoneIli qui évoque sous une forme romanesque l'univers étrange des voyants et guérisseurs de l’Alta Rocca.
Craints ou vénérés, les Mazzeri, " chasseurs d’âmes nocturnes ", voyants et guérisseurs, appartiennent à la légende mais on se prend à douter au récit d'André-Jean Bonelli qui nous conte sous une forme romanesque le parcours initiatique d'une jeune fille investie de mystérieux pouvoirs.
Si te lecteur découvre les premières pages en position de retrait comme chaque fois qu'on aborde un ouvrage de fiction, il baisse se garde très vite et bascule sans recours aucun dans l'irrationnel et l'étrange.
Tout commence par un rêve de mort Roccu est averti de sa fin prochaine et sait qu'il devra trouver un successeur pour pouvoir rejoindre la meute. Sa propre fille est désignée parle berger Antoine qui reconnaît en elle les " signes ". Laetizia devra prendre la relève même si elle aspire plustôt à une vie ordinaire. Devenue mazzera blanche, elle entre en communion avec la nature, interprête ses visions, fait usage des plantes pour soigner les maux.
" Mal baptisé "
Un chemin ponctué de doutes mais Sa foi grandit et elle se plie à sa destinée. A travers ce roman, André-Jean Bonelli livre son savoir et le fruit de ses recherches sur le mazzerisme.Il est originaire par sa grand-mère de l'Alta Rocca où te situe l'intrigue et son enfance a étéimprégnée de ces contes véhiculés par la tradition orale.
" Le mazzerisme est un chamanisme spécifique à la Corse, né dans cette région sauvage de l' Alta Rocca parsemée de dolmens et de menhirs. Les mazzeri étaient totalement insérés dans leur milieu mais généralement redoutés. L'église les considérait comme dés " mal baptisés ", leurs pouvoirs relevaient de la magie blanche, ils n'étaient pas assimilés à de la sorcellerie " explique t-il.
De formation scientifique, André-Jean Bonelli se passionne depuis toujours pour le fantastique, " un moyen d'évasion, souligne t-i1 pour échapper à un monde froid et normalisé ". Il est l'auteur de " Loona ", réédité an 2001. du " Village au bout du chemin " qui a été adapté par FR3 Lyon et du " Pont d'érable ", en 1987 Il vient d'achever le scénario de " La mazzera " pour le cinéma et projette de publier les écrits, nombreux, anciens ou plus récents, qui attendent dans ses tiroirs " La Mazzera ", préfacé par Roccu Multedo et illustré par Stéphane Chisa. aux éditions Anima Corsa.
Hélène ROMANI